Culture Geek Paris Manga 2017 espace press

Publié le octobre 10th, 2017 | par Thibault Mourès

0

Le cosplay plus qu’un loisir ?

Partagez sur
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Ninja, magicien, princesses, Jedi ou super héros, ce premier Week-end d’octobre, vous les avez peut-être rencontrés dans les transports parisiens. Déguisés, ces fans de manga et de science-fiction se sont donnés rendez-vous à Paris Manga, la 24ème édition de la convention parisienne.

Entouré par la foule, ce cosplayeur de Star Wars change de pose toutes les 30 secondes, se laissant photographier par des professionnels et des visiteurs munis de leur smartphone. Pour ne pas tétaniser du bras, il change régulièrement sa posture, afin de donner vie à son personnage.

 Du loisir aux concours

Inventer par les fans de star trek et Star Wars, le cosplay, c’est se déguiser en un personnage et rentrer dans son rôle. Une tendance qui s’est très vite développée au Japon notamment grâce à la culture du manga, du film d’animation puis du jeux vidéo. Entre photographies, commentaires et questions, les cosplayeurs interpellent souvent les visiteurs. Alors que certains participent à des shooting photos, les plus téméraires se lancent dans le concours. Présentant une chorégraphie musicale ou théâtrale rapide, ils présentent leur travail sur scène devant un jury et un publique.

Pour Nuna (lien page fb), après avoir commencé le cosplay en 2012, elle effectue depuis plusieurs années des concours. Reconnue, elle est invitée cette année par Paris Manga, pour devenir jury. Elle nous explique que « la notation d’un cosplay est assez différentes entre chaque jury, mais généralement, 50% de la note est attribuée au costume, et les 50% restants à la prestation ». La tenue est quant à elle notée en fonction de sa fidélité au modèle de base, à la propreté de l’ensemble ainsi qu’aux détails. Cependant, Nuna avoue que « la difficulté du travail est prise en compte. Certains préfèrent faire des cosplays simples mais parfait, tandis que d’autres prennent des risques en s’attaquant à des costumes plus imposants, plus détaillés, plus compliqués ». Un concours qui peut donner envie lorsqu’un voyage au Japon ou aux USA est réservé aux grands vainqueurs.

Avec un engouement en France depuis les années 2000, certaines structures ont pu être créées. C’est le cas de Cosplay & Craft, une plateforme web qui permet de vendre les matériaux souvent utilisés dans ce domaine. Tissus, mousses et mêmes fils électroluminescents, beaucoup de produits sont disponibles pour les créateurs français et européens. Créée par un groupe de cosplayeurs, celle que l’on surnomme Taldeer (lien page fb) a décidé d’aider à fonder la structure pour « toutes les personnes qui comme moi lutte pour recevoir à temps leurs fournitures » comme elle l’indique sur le site. Présent en tant que partenaire de Paris Manga, c’est Cosplay & Craft qui s’est occupé du concours cette année : « Les inscriptions se faisaient sur notre site, en envoyant un dossier de candidature – photo, bande son, vidéo… – puis nous les accueillons le jour de leurs passages afin de leur montrer ou se changer, installer leur matériel si besoins etc… ».

 

Kevin 501 French garnison Paris manga 2017

Kevin, responsables français de la 501ème légion lors de la Paris Manga 2017

Les maîtres Jedi du déguisement 

Pour Kevin, cadre en finance publique de 27 ans, le cosplay est devenu plus qu’un loisir puisqu’il est devenu l’un des responsables français de la 501ème légion. Cette organisation, créée en 1997, regroupe plus de 10 000 fans de la saga Star Wars. Si seuls les vêtements de l’empire – méchant du film – étaient autorisés, aujourd’hui, une section Rebelle, pour les costumes de Jedi et héros, est ouverte.

Partenaires de Lucasfilm et Disney, Kevin et les 200 autres membres français sont envoyés sur « des événements commerciaux. Lors d’animation des salles de cinéma pour de la sortie d’un film afin de collecter, pendant ces journées, des fonds afin de les redistribuer, a posteriori, à des associations qui luttent contre le cancer ».  Disney les envoie aussi « dans des hôpitaux afin d’égayer les enfants malades, puis lors de convention afin de présenter notre organisation aux visiteurs ainsi que d’échanger avec eux sur la fabrication de costumes. ».

Mais pour rentrer dans la 501ème légion, des cosplays rapides ne suffiront pas, une garantie sur la conformité du produit est demandée afin de rester partenaires de Disney. Pour cela, ils utilisent des CRL -Costume Reference Library-, des standards qui définissent les critères de qualité d’un costume. Chaque CRL propose 3 niveau : « pour rentrer dans la Légion 501, il faut une tenue au minimum à 90% identique à l’original. Le niveau deux signifie juste des détails modifiés, et le niveau trois représente une copie conforme ». Pour cela, l’équipe propose sur leur site les CRL ainsi que des aides afin d’aider tous les padawan du cosplay à créer leurs vêtements.

Si certains Japonais arrivent à vivre du cosplay, aucun cosplayeurs ne peut encore vivre de sa passion en France exceptés certains créateur et vendeur. La prochaine étape ?

Propos recueillis par Thibault Mourès

Partagez sur
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Tags: , , , , , , , , ,


À propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés.

Haut de page ↑