Autres sports FRANCE-OLY-FRA-2024-PARIS

Publié le octobre 19th, 2017 | par Christopher Gervais

0

Saint-Quentin-en-Yvelines au cœur du projet Paris 2024

Partagez sur
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Dans sept ans, la France accueillera les Jeux Olympiques d’été. À cette occasion, Saint-Quentin-en-Yvelines devient territoire olympique. La rédaction du News-gate s’est rendue sur les différents sites qui feront de cette fête universelle, un rendez-vous immanquable pour les Saint-Quentinois.

1- La colline d’Élancourt, pour un développement durable

photo-aerienne-de-la-colline-delancourt

Le site de la colline d’Elancourt vu du ciel (Paris2024.org)

Une montagne avec vue sur la Tour Eiffel. Nous ne sommes pas dans un de ces pays du Golfe qui ne se refusent rien, mais bien à Élancourt, dans les Yvelines. Au sommet de la colline d’Élancourt, à 231 mètres d’altitude, la vue est dégagée jusqu’au centre de Paris et à ses forêts environnantes. En 2013, pourtant, le point culminant de la région parisienne aurait pu devenir le pendant européen d’Abu Dhabi. Trois pistes de ski dans un hangar de 22.000 m², livraison prévue à l’hiver 2016. Le projet sera abandonné un an plus tard. Adieu la poudreuse.

Dix ans plus tard, en 2024, ce sommet va accueillir les épreuves de VTT des Jeux Olympiques de Paris 2024. Difficile à envisager dans la situation actuelle du terrain. La colline artificielle occupe l’emplacement d’anciennes carrières de grès qui fournissaient des matériaux aux entrepreneurs. Après la fermeture des carrières au milieu du 19ème siècle, le site est devenu une décharge jusqu’à sa fermeture totale en 1975. Un ambitieux programme de réhabilitation a suivi dans les années 1980 pour faire de la colline un parc de loisirs ouvert au public. En déambulant ça et là sur la colline, on parvient à croiser des passionnés de parapente, de planeurs radiocommandés et de cerfs-volants. Mais l’activité principale sur les pentes de la Revanche, comme elle est surnommée, c’est le VTT.

Chaque année depuis 20 ans s’y déroule la Revancharde, course qui réunit plusieurs centaines de participants. Lors de la candidature Paris 2012, le site avait déjà été retenu comme site olympique pour accueillir les épreuves de VTT. En 2024, la Capitale sera enfin récompensée et les fans Saint-Quentinois de cyclisme de montagne pourront acclamer leurs idoles sur la colline d’Élancourt. En attendant,  pour rendre ce site opérationnel, les travaux qui attendent les organisateurs sont colossaux.

Pour Arnaud Courtier, directeur général de la Fédération Française de Cyclisme, “il s’agit d’implanter la piste de VTT pour les JO de Paris 2024, en construisant un équipement pérenne qui servira, avant et après les JO, aussi bien pour la compétition que pour le grand public.” Ainsi, une tribune de 2.000 places va être construite en amont de la colline et le parcours, d’une longueur d’environ cinq kilomètres, va devoir être façonné au milieu de cette nature sauvage. Pour répondre au cahier des charges, il va falloir aménager des sentiers, des secteurs goudronnés et des parties en sous-bois, mais aussi des garages, des vestiaires et des parkings. Le coût total des travaux est estimé à six millions d’euros. Quant aux premiers coups de pioches, ils devraient se faire entendre en 2020.

2- Le stadium de BMX, définitivement provisoire

photo-bmx-stadium

Le stadium de BMX, inutilisable à cause du toit (© DR)

Une piste éphémère sera construite sur l’Ile de loisirs de SQY, à proximité immédiate du Vélodrome.” Arnaud Courtier annonce la couleur. Pour accueillir les épreuves de BMX, il faudra créer un stadium. Pourtant, lorsqu’on se rend sur le site de l’actuel piste de BMX, à proximité immédiate du Vélodrome National, on se plaît à imaginer les athlètes voler de bosses en bosses sous la toiture en escalier de la structure. C’est cet immense toit métallique qui pose problème.

Sylvie Pasqualin, responsable de la communication de la Fédération Française de Cyclisme, précise : “lors de sa construction, il a été fait aux normes olympiques, la piste peut accueillir les épreuves, le problème est que le site dans sa globalité n’est pas adapté du tout parce qu’on ne peut pas mettre de public, faute d’espace et en plus il y a une toiture qui gène considérablement l’accueil des spectateurs et la vue des téléspectateurs.” Alors pour remédier au problème, les organisateurs ont parcouru quelques centaines de mètres afin de dénicher un immense terrain nu capable de supporter la construction d’une piste de BMX. L’Ile des loisirs, qui d’ordinaire reçoit des visiteurs adeptes de balade en forêt, verra sa nature paisible être bousculée durant les quelques semaines de folie que connaîtra la France en 2024.

3- Le vélodrome National, déjà prêt

une-course-cycliste-lors-inauguration-velodrome-saint-quentin-yvelines-30-janvier-2014-montigny-bretonneux_1_730_341

Le Vélodrome National accueillera les Jeux Olympiques 2024 (AFP)

La fierté du cyclisme français. Inauguré en 2014, cette écrin de bronze est devenu le symbole de l’ambition olympique de la France. Construit à la suite de la candidature Paris 2012, il est tout de suite devenu le centre de pointe des pistards tricolores. Lorsqu’on pénètre dans ce véritable stade de cyclisme, on est saisi par un soudain vertige à la vue de cette piste inclinée à 43°. Et quand, au détour d’un virage, on croise des membres de l’équipe de France, comme Laurie Berthon, tous vont nous vanter avec un large sourire le plaisir avec lequel ils travaillent sur ces lattes de bois massif. Mais d’ici à la date fatidique, il reste des ajustements à faire. “Aujourd’hui le vélodrome est prêt à accueillir les JO, précise Sylvie Pasqualin. Le seul problème, et il s’est déjà posé lors de l’organisation des championnats du monde et d’Europe, c’est le stationnement. Il manque des places de parking.” Une situation qu’il faudra sensiblement améliorer pour accueillir dignement les quelques 30.000 spectateurs attendus lors des épreuves.

4- Le Golf National qui a la tête à la Ryder

GOLF-EPGA-FRA-OPEN

Les JO 2024, pas la priorité du Golf National (AFP)

Aussi curieux que cela puisse paraître, nous avons trouvé un futur site Olympique pour lequel les JO de 2024 sont loin d’être la priorité. Ce site, c’est le Golf National de Saint-Quentin-en-Yvelines. Car sur le parcours verdoyant de l’Albatros, les têtes sont concentrées à 100 % sur la Ryder Cup 2018. Là-bas, pas de doute possible. Les drapeaux, les panneaux de signalisation, les articles vendus en boutique. Tout est siglé en l’honneur de la plus prestigieuse des compétitions de golf.

Mais en 2024, lorsqu’il aura accueilli les deux plus grands évènements possibles pour lui, le Golf National deviendra le premier parcours au Monde à avoir reçu la Ryder Cup et les Jeux Olympiques. Un statut unique qui pousse les responsables du parcours, comme Philippe Pilato, à devoir rendre une copie parfaite à tout point de vue. Le parcours a connu beaucoup de changements pour la Ryder Cup 2018, en terme d’hébergement, de sécurité et de qualité du parcours. » Et d’ajouter, l’oeil rempli de fierté : « l’organisation de cet événement prouve que l’on est capable d’organiser un grand évènement golfique, et ça a surement été un atout pour la candidature Paris 2024.”

Propos recueillis par Christopher Gervais

Partagez sur
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Tags: , , , , , ,


À propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés.

Haut de page ↑